Christe Dei soboles — Roland de Lassus (Pays-Bas, 1579)

Christe Dei soboles spes et mea sola voluptas
nectareus stillat cujus ab ore liquor.
Ecce tibi leve xeniolum fero promptus ad aram
te nihil in toto est carius orbe mihi.
Accipe daque mihi pro votis gaudia coeli
gaudia prae cunctis nam tua semper amo
nec nisi sola queat restringere mentis amorem
Atropos, ah peto te praeter amare nihil.

Ô Christ, progéniture de Dieu, mon espoir et seul plaisir
de qui le nectar coule des lèvres
Voici, je t’apporte mon humble cadeau à l’autel
rien au monde ne m’est plus cher que toi.
Reçois mes vœux et donne-moi les joies du ciel
car j’aime toujours tes joies divines par-dessus tout
ne laisse personne sauf Atropos* restreindre l’amour de mon esprit
Ah ! Je ne demande à aimer personne d’autre que toi.

*déesse de la mort

Lassus est parmi mes compositeurs préférés. Lui-même enfant de chœur pendant sa jeunesse, la légende raconte qu’il avait une si belle voix qu’il a été victime de non pas une ou deux, mais trois tentatives d’enlèvement ! Grand voyageur à une époque où, faut-il le rappeler, les voyages étaient beaucoup plus difficiles à réaliser qu’aujourd’hui, Lassus s’imprègne de ce qui se fait de mieux en France, en Allemagne et en Italie. Compositeur prolifique et énormément populaire à son époque, sa musique plaît autant aux élites qu’au plus large public. Lassus sait surprendre ; il n’hésite jamais à bousculer les conventions musicales établies. Sa musique, toujours très expressive et profondément humaine, sonne ici comme dans plusieurs de ses œuvres comme étrangement moderne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s