Sicut cervus — Giovanni Pierluigi da Palestrina (Italie, 1604)

Sicut cervus desiderat ad fontes aquarum :
ita desiderat anima mea ad te, Deus.

Comme un cerf a soif de la source d’eau :
ainsi mon âme te désire, ô Dieu.

Une pièce aussi emblématique pour notre chorale que le Locus Iste de Bruckner, il s’agit là d’un incontournable tant pour les Petits Chanteurs que pour le répertoire choral sacré en général. Contemporain de Lassus, Palestrina est sans doute le plus grand compositeur choral de la Renaissance. Aussi sérieux et ordonné dans sa musique que Lassus pouvait être original et étonnant, Palestrina développa un langage musical si près de la perfection que ses successeurs se sont basés sur lui pour établir les règles de l’écriture musicale. Dire que pendant des années, je trouvais ça don plate chanter le Sicut cervus. Oh non, encore du Palestrina !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s