Agnus Dei — Samuel Barber (États-Unis, 1967)

Agnus Dei, qui tollis peccata mundi,
miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi,
miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi,
dona nobis pacem.

Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde,
prends pitié de nous.
Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde,
prends pitié de nous.
Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde,
donne-nous la paix.

Si cette pièce sonne à vos oreilles comme de la musique de film, c’est que c’en est ! Originalement composée pour orchestre à cordes en 1936 alors que le compositeur avait à peine 26 ans, cette pièce a été reprise dans des dizaines de films et séries télévisées. Elle est issue d’une période très sombre de l’histoire, écrite pendant la Grande Dépression alors que le monde sombrait vers la Seconde Guerre mondiale. C’est l’œuvre la plus connue de Barber, et elle a été complètement absorbée par la culture populaire depuis, maintes fois réécrite et remixée.

Barber a donc transformé en 1967 son œuvre de jeunesse pour cordes en œuvre pour chœur, lui rattachant le texte de l’Agnus Dei de la messe. Le résultat est saisissant. Je me rappelle très bien la première fois que j’ai chanté cette pièce avec les Petits Chanteurs, ça m’avait fait un grand effet. Une musique qui ne fait que monter en intensité sans jamais arrêter, jusqu’à un climax retentissant. La catharsis mise en musique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s