Nature ornant la dame — Clément Janequin (France, 1552)*

Nature ornant la dame qui devait
De sa douceur forcer les plus rebelles,
Lui fit présent des beautés les plus belles,
Que des mille ans en épargne elle avait
Du ciel à peine elle était descendue,
Quand je la vis, quand mon âme éperdue
En devint folle : et d’un si poignant trait,
Le fier destin l’engrava dans mon âme,
Que vif ne mort, jamais d’une autre dame
Empreint au cœur je n’aurai le portrait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s