O magnum mysterium — Francis Poulenc (France, 1951)

O magnum mysterium,
et admirabile sacramentum,
ut animalia viderent Dominum natum,
jacentem in praesepio!
Beata Virgo, cujus viscera
meruerunt portare
Dominum Christum.
Alleluia.

O grand mystère,
et admirable sacrement,
que des animaux voient leur Seigneur nouveau-né,
couché dans une mangeoire !
Heureuse Vierge, dont les entrailles
ont mérité de porter
Le Christ Seigneur.
Alleluia!

Ceci est la première pièce des Quatre motets pour le temps de Noël. Parmi les plus belles mélodies du répertoire choral au grand complet, c’est dit ! Poulenc transmet ici avec brio à la fois le mystère et la magie de la nativité, mais aussi toute la gravité du destin du nouveau-né de Bethléem. Des ténèbres du temps de pénitence, on passe ici à l’obscurité de la crèche de l’Enfant Jésus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s